الإثنين , 14 يونيو 2021
الرئيسية / مقالات و آراء / مقالات / «Mon corps m’appartient »

«Mon corps m’appartient »

Des centaines de millions de femmes vivent une vie « gouvernée par les autres ».

Ceci est la conclusion d’un rapport sur l’état de la population mondiale du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA).

Le rapport précise que l’autonomie corporelle de la femme a mondialement reculé durant la pandémie du Coronavirus, ce qui a exposé un nombre record de femmes et de filles à la violence sexiste, au viol, au mariage précoce, aux difficultés d’accès aux moyens de contraception et aux soins.

Une situation alarmante qui renforce davantage les inégalités et les injustices à l’encontre des femmes.

Le rapport fait état aussi d’une loi aberrante appliquée dans vingt pays, qui permet au violeur d’épouser sa victime pour échapper aux poursuites pénales.

Par ailleurs, le rapport souligne l’absence de législation dans quarante-trois pays concernant le viol conjugal.

Ce rapport pointe du doigt le mépris qu’ont les autres du corps de la femme qu’ils considèrent comme un objet à exploiter où l’âme y est prisonnière.

Au XXIème siècle, il est du devoir des sociétés de reconnaître, de respecter et d’appliquer les lois et les législations qui protègent la femme et son corps.

Il est impératif que ces sociétés comprennent la sacralité du corps de la femme et son intégrité, ce corps qui n’appartient qu’à elle et à elle seule, il est strictement interdit de le violer, de le maltraiter, de le troquer pour une dote confortable.

La femme est l’unique propriétaire de son corps, à elle seule revient la décision et la manière de le protéger.

La femme n’est pas une assistée, ni un objet sexuel ni un exutoire pour le psychopathe et le pervers narcissique.

Le corps de la femme est un temple sacré plein d’humanité, d’amour, d’empathie et de plaisir spirituel et charnel, qui célèbre la vie librement et dignement, et qui appartient à la femme d’une manière exclusive.

C’est à elle de choisir ce qu’elle lui fait ou non.

À ces hommes qui ne reconnaissent que la dimension superficielle du corps de la femme, je dis que son corps n’est pas que chair, il est sacré à travers ses organes sacrés : son ventre, son utérus, ses ovaires, son sexe, son cœur, sa conscience, sa sagesse, ses visions, ses créations, et sa mission.

À nous les femmes, notre corps est notre chemin d’évolution où rayonne notre féminité, source de créativité, d’intuitions, d’émotions, et de rêves.

-Imen Chérif-

التعليقات عبر الفيسبوك

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *