الأربعاء , 28 يونيو 2017
الرئيسية / الإقتصاد / Energie : pour la Tunisie, le photovoltaïque est la panacée pour ses équilibres financiers

Energie : pour la Tunisie, le photovoltaïque est la panacée pour ses équilibres financiers

Un constat amer dans notre mixe électrique qui demeurait pratiquement à l’identique, malgré l’envolée lyrique du photovoltaïque qui a culminé à fin 2016 à plus de 300 GW déployés à travers la planète alors qu’ici la léthargie continue sous divers alibis. En effet la moyenne de panneaux photovoltaïques déployés par terrien est de 40 Wc ; pour le Tunisien c’est moins de 3 Wc. Cela rappelle étrangement la donnée fondamentale pour l’eau renouvelable, où la part du terrien est de 5 000 m3/an alors que le tunisien n’en dispose que de 410 m3 !
En pourcentage c’est toujours la même proportion : entre 7 et 8% de la moyenne mondiale! Serait-ce une damnation ? En effet pour la part d’eau , ceci est compréhensible car elle résulte de la spécificité de notre site géographique, mais pour le solaire notre site est avantageux, notre rayonnement solaire est supérieur de 50% à la moyenne terrestre, ce qui présagerait d’avoir à déployer 60 Watt c PV/hab quand la moyenne mondiale est à 40 W c /terrien ! Abscons , non ? Ici il s’agit, sans conteste, de soumission au diktat des lobbys du fossile !

Les paramètres du secteur électrique basé sur le gaz fossile en Tunisie :
Consommation spécifique :
Selon l’ANME, pour l’année 2012, pour produire une GWh, il a fallu flamber 233 Tep, en d’autre termes, sachant qu’une Tep équivalait à 11 630 kWh, il fallait donc 2 709 790 kWh d’énergie primaire pour produire 1 000 000 kWh par notre système de production électrique. Par ailleurs, selon les chiffres de la STEG, pour l’année 2015, d’une telle production d’un GWh, n’en arrive au compteur des usagers, que 823 700 kWh seulement !
Pour conclure donc la consommation utile servant à alimenter les besoins des usagers a été, compte tenu de ce qui précède comme suit : le système de production électrique basée sur le fossile a ingurgité 2 709 790 kW thermique pour livrer 823 700 kW électrique ! Alors que le photovoltaïque déployé sur le toit des usagers livrerait lui, au consommateur , un pour un! En conséquence, selon les données précitées, la consommation spécifique en fossile serait de 3,3 kW thermique d’énergie primaire pour 1 kWh électrique livré au compteur du consommateur ! En termes économiques usités il faut consommer 3,3 Tep d’énergie primaire pour livrer au consommateur final 1 Tep électrique de 11 630 kWh.
La consommation électrique pour 2017 serait de 15,5 TWh
Le Cours du baril de pétrole en dollars est de 54 $ le 25/02/17
Le cours d’ 1 USD = 2.290 TND
Nous aurons donc une consommation spécifique /kWh livré égale à 0,257 d
(3,3 tep x 7,33 x 54 $ x 2 290 millimes) /11 630 kWh = 257 millimes/kWh
Quant au prix de revient du kWh issu du photovoltaïque, toute chose par ailleurs égale, il serait égal à celui facturé par la STEG, à ces clients, minoré de ces 257 millimes car l’énergie solaire est directe et gratuite !!
La facture énergie primaire de la STEG serait donc pour 2017 égale à 15 500 000 000 x 0,257 d = 3 983 M de Dinars.

Economie potentielle par le recours à l’énergie solaire photovoltaïque:
Sachant que notre pays bénéficie de 300 jours d’ensoleillement pour une moyenne de 11 h /j , le photovoltaïque serait donc disponible pour 3300 h / an
La consommation diurne pouvant être couverte par du photovoltaïque serait donc de :
(15 500 000 000 kWh / 8460) x 3300 soit 6 046 099 290 kWh . C’est pratiquement 39% de la consommation nationale d’électricité et elle est égale aussi à la consommation des clients “Basse Tension” !
C’est aussi l’équivalent d’une récolte annuelle de 3,5 GWc photovoltaïque à déployer sur les 100 km² des toitures des usagers en une quinquennie.

Estimation de l’Incidence Financière annuelle, sur notre balance énergétique déjà déficitaire :
6 046 099 290 kWh x 0,257 d/kWh soit 1 554 M de dinars pour 2017 qui viendraient en réduction de notre déficit énergétique pour 1 715 574 Tep d’énergie primaire! Ce substantiel pécule constitue aussi plus de 15% du déficit de notre balance commerciale, structurel et endémique!

Incidence sur l’économie d’eau :
Sachant qu’en moyenne pour chaque kWh livré aux compteur des usagers, 2 litres d’eau déminée sont aussi flambés dans son sillage ; c’est donc 12 M de mètres cube d’eau qu’on épargneraient de la géhenne des centrales à combustion !
Pour un pays qui survit à une détresse hydrique endémique, ce n’est pas négligeable, c’est 3% de l’eau distribuée par la SONEDE/an ! En voilà 90 000 ménages assurés pour leur besoin annuel d’eau !
Pensez-y une seconde : l’énergie photovoltaïque, la plus propre, est la moins chère au monde. C’est une affaire assez grande! Mais notre mini-stress, avec ses œillères fossiles, n’y voyait rien ! Elle nous conduit vers l’abîme et continue à piocher dans l’intime de notre Terre mère, tout en pérorant à la marmaille de ses ouailles que le Schiste qui y sied, C’est de la panacée !

Mohamed Chekhalifa, macroéconomiste

أضف تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *